Cercle pour la Libération du Son et de l’Image

20 janvier, 2008

Collectif  CERCLE POUR
LA LIBéRATION DU SON ET DE L’IMAGE

Fondateur : Gérard Pape          gerard.pape-ccmix@wanadoo.fr

Administrateur: Nicolas Brunelle  nicolas.brunelle@free.fr

Principes du Collectif :

Le Cercle pour la Libération du Son et de l’Image est un collectif qui se veut ouvert aux compositeurs et artistes visuels qui ont envie de faire vivre la création libre. C’est un collectif à but non lucratif, fondé sur l’échange d’influences entre les divers artistes et l’entraide dans le but simple de se réunir et de jouer en faisant découvrir ses créations au public désireux de connaître une production pluridisciplinaire nouvelle et novatrice. Son outil principal de création musicale est l’Ensemble Numérique.

Présentation de l’Ensemble Numérique : Dirigé par Paul Mefano (compositeur et chef d’orchestre) l’Ensemble Numérique est une formation de 8 compositeurs-interprètes jouant chacun sur un ordinateur portable relié à une interface sonore et une enceinte auto amplifiée. Les 8 postes sont répartis dans la salle dispersés parmi le public. Les logiciels qu’ils utilisent, par exemple, sont Max/MSP ou Kyma, à la pointe de la technologie musicale pour la création en temps réel.

Chaque musicien est également compositeur, ce qui assure une excellente qualité de l’exécution, tant dans la précision technique que dans l’interprétation et les nuances.

C’est le premier ensemble numérique de 8 ordinateurs fondé exprès pour la musique écrite en France, avec des musiciens de qualité, tous reconnus dans le milieu de la musique contemporaine, et dirigé par un chef dont le talent et la qualité de direction ne sont plus à démontrer.

Les créations musicales sont de Paul Mefano et des 8 compositeurs-interprètes. Il s’agit des pièces de musique assistée par ordinateur pour 8 ordinateurs – une partie ordinateur pour chaque compositeur-interprète. Ce sont des musiques qui ont été écrites par les compositeurs dans le but de trouver une notation adéquate pour le geste sonore à jouer et le timbre à synthétiser. C’est un vrai travail d’interprétation de la part des 8 compositeurs-interprètes car le compositeur ne donne aux interprètes aucun « préset »—c’est le devoir des interprètes de synthétiser leurs sons ainsi de programmer leurs « patchs » eux-mêmes.

Le CLSI est en résidence au Centre Musical de Cergy  (dirigé par le compositeur Arthur Thomassin) jusqu’au mois de février 2008, et est entré en corésidence aux Voûtes (http://www.lesvoutes.org/) en mars 2008, lieu de création contemporaine dans Paris (13ème, rue Neuve Tolbiac).

Quelques mots sur la musique dite « contemporaine » 

            Les musiques du monde sont autant de sons appartenant à des milliers de langages et de cultures différentes ; elles expriment d’une manière générale l’Homme et les évènements de sa vie, allant de l’expression quotidienne à ce qui est invisible aux autres, puisqu’elle est intérieurement sensible à l’Ame. Parfois difficile à dire, parfois dite spontanément, ou alors réfléchie, travaillée ou improvisée, l’écriture des ressentis de l’Être humain s’inscrit aussi bien dans la mémoire du vécu, de l’expérience et de l’expérimentation qui se transforme en tradition, que dans le rêve et l’utopie d’un mouvement sensible, communiquant et inscrit dans la passion.

            Il n’y a pas de musique définitivement « juste », ou pure, tant que les hommes seront à l’origine de l’affirmation de l’expression sensible et que les caractères demeureront la propriété singulière de chacun.

            Sentir le monde extérieur en formant ou découvrant sa sensibilité parfois innée, entendre ou sentir le monde vibrant, voir ou imaginer, construire les formes tel un mime suggestif, regarder en préservant sa liberté dans un espace-temps à soi, où le regard croise les qualités d’inventions humaines par la praxis, c’est une vérité profonde qui fait naître le « son » poétique. De par cela, l’unique valeur est l’Etre vivant qui acquière des qualités justifiant l’existant, telle l’œuvre sonore qui l’affirme dans l’Art à travers ce que nous appelons « la musique » ; fait et geste d’une « muse » insufflant la volonté d’Ecrire.

                                                                                              Arthur Thomassin 

L’Assemblée Générale Fondatrice de l’Association « Cercle pour la Libération du Son et de l’Image » s’est tenue le dimanche 13 avril 2008:

1-séance ouverte par Gérard pape, fondateur du CLSI, qui a présenté l’ordre du jour aux membres fondateurs

2- les membres de l’assemblée générale se sont présentés en tant que membres fondateurs: étaient présents Gérard Pape, Paul Mefano, Stefan Tiedje, Lissa Meridan, Michael Kinney, Rodolphe Bourotte, Jean-Baptiste Favory, Emmanuel Miéville, Nicolas Brunelle, Bruno Herlin (responsable des Voûtes), Stéphane Colin (choisi comme Président de l’Association) et François Roman (choisi comme secrétaire de l’Association)

3-discussion et vote de 2 documents: les statuts du CLSI et la déclaration à la préfecture du CLSI

4- vote des membres fondateurs afin de nommer un Conseil d’Administration de 7 membres du CLSI: le conseil d’administration est donc aujourd’hui composé du Président, du Secrétaire, et des membres Gérard Pape, Jean-Baptiste Favory, Paul Mefano, Lissa Meridan et Stefan Tiedje

Le conseil d’administration se réunit au moins une fois tous les 6 mois.

CALENDRIER des CONCERTS du COLLECTIF

- le 9 mars 2008 à 19h30 à Cardiff: concert Xenakis/Mefano/Brown - Interférences de Paul Mefano -direction: Kenneth Woods- Contemporary Music Ensemble of Wales-Piano Solo: Ian Pace.

- le 1er juin 2008: concert de l’Ensemble Numérique à l’Ecole Municipale de Musique de Cergy-Pontoise

- le 28 juin 2008: grand concert aux Voûtes (rue Neuve-Tolbiac 75013 Paris) -oeuvres de Kasper Toeplitz, Jean-Baptiste Favory et Gérard Pape- près de 2 heures de concert dans une atmosphère chaleureuse et conviviale propre à la diffusion de la création contemporaine, autour de sustentations liquides et solides (bar et possibilité de discuter à la bonne franquette avec les compositeurs pendant l’entracte)